Le vapotage avec nicotine n’était pas la cause des MPALV

On a découvert que la cause des MPALV était l’acétate de vitamine E, un ingrédient interdit en vertu du RPCC 2001 dans les e-liquides canadiens réglementés. L’acétate de vitamine E n’a jamais été utilisé par des fabricants de e-liquides réputés dans le monde. Le CDC a conclu que les produits de THC illicites du marché noir utilisaient de l’acétate de vitamine E comme agent épaississant.

Le Dr Michael Siegel, professeur de sciences de la santé communautaire à l’École de santé publique de l’Université de Boston, a été parmi les premiers à identifier les produits illicites de THC comme coupables. « Ils ont testé des échantillons de tissus pulmonaires de 29 cas et tous les 29 (100 %) contenaient de l’huile d’acétate de vitamine E. Cette découverte représente une avancée majeure pour quatre raisons :

  1. L’huile d’acétate de vitamine E a été détectée dans le tissu pulmonaire réel des patients.
  2. L’huile d’acétate de vitamine E a été détectée dans chacun des échantillons de tissu pulmonaire de ces 29 patients.
  3. Les échantillons provenaient de 10 états différents, confirmant que l’épidémie semble avoir une cause commune plutôt qu’une variation géographique.
  4. Les échantillons provenaient de 10 états différents, confirmant que l’épidémie semble avoir une cause commune plutôt qu’une variation géographique.

De nombreux chercheurs ont déclaré qu’en raison du faible pourcentage de patients ayant déclaré n’avoir jamais utilisé de produits à base de THC, il est probable qu’ils hésitaient à déclarer avoir consommé des drogues illégales, ce qui a été confirmé par la suite par le CDC. De plus, le CDC a testé des centaines d’e-liquides disponibles dans le commerce et aucune trace d’acétate de vitamine E n’a été trouvée.

“Ceci est important, car bien que tous les patients n’aient pas pas admis utiliser des produits de THC, la découverte d’acétate de vitamine E dans leurs poumons prouve essentiellement qu’ils vapotaient effectivement des huiles de THC”, a déclaré Siegel en se référant aux dernières découvertes. “Cela ne veut pas dire qu’ils mentaient ; ils peuvent simplement ne pas savoir ce que contenait le produit qu’ils vapotaient, d’autant plus que la plupart de ces produits sont achetés sur le marché noir ou obtenus auprès d’amis ou de revendeurs”, a-t-il ajouté.

https://www.cdc.gov/tobacco/basic_information/e-cigarettes/severe-lung-disease.html

Les médias n’ont pas tardé à pointer du doigt les produits de vapotage contenant de la nicotine comme étant la cause, mais n’ont pas signalé le lien avec les produits au THC avec la même vigueur. En raison de cette désinformation, la santé publique a été gravement affectée. Public Health England a publié la déclaration suivante : “La croyance erronée selon laquelle les cigarettes électroniques sont plus nocives que le tabagisme a rapidement augmenté chez les fumeurs britanniques à la suite de l’épidémie de lésions pulmonaires aux États-Unis à l’automne 2019. Les autorités américaines ont maintenant confirmé que l’acétate de vitamine E, un agent épaississant ajouté aux produits de vapotage de cannabis, était une des principales causes de l’épidémie aux États-Unis. Cette substance est interdite dans les produits de vapotage à la nicotine réglementés au Royaume-Uni”.

De plus, une recherche de la Yale School of Public Health, a révélé dans leur étude, “Association of Vaping ‐ related Lung Injuries with Rates of E ‐ cigarette and Cannabis Use across US States”, que l’épidémie n’était pas causée par la nicotine ou les produits de cannabis réglementés, mais plutôt par des produits non réglementés qui ont inondé le marché en raison des interdictions de saveur.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/add.15235